Samedi 30 avril à 20h aura lieu le derby Normand de D2F aux Docks océane. Le HAC recevra le club d’Octeville-sur-mer pour un match à enjeux, le HBO luttant encore pour le maintien. Nous avons reçu dans notre studio Com’ des images, la handballeuse Louison Boisorieux pour parler de sa carrière et de sa saison.

Bonjour, pour commencer cette interview, quels ont été vos premiers contacts avec le handball ?

Mes parents faisaient tous les deux du hand donc j’ai toujours baigné dedans. Tous les samedis j’allais voir leur match et ceux de presque tout le club avec mon pique-nique. Ce sont de très beaux souvenirs. 

Quel a été l’élément déclencheur ou la rencontre qui vous a donné envie de devenir une joueuse
professionnelle ?

Ce n’est pas vraiment que je voulais être joueuse professionnelle. C’est juste que le handball était ce que je préférais faire dans la vie et c’est naturellement que j’ai voulu en faire le plus possible. Que ça devienne mon métier c’est vraiment un bonus incroyable.

Quel a été votre parcours d’ apprentissage ?

Un début de parcours classique avec équipe du comité de l’Yonne puis de la ligue de Bourgogne. Après je n’ai pas été prise au Pôle espoir  de Dijon ce qui a été une grande déception. J’ai donc continué à pratiquer le hand à Auxerre en senior départemental. Puis mes parents m’ont offert une semaine de stage d’été dans un camps de handball Joël Abati. Là-bas ils ont appelé Loreta Ivanauskas, l’entraîneure de l’équipe réserve de Nantes, à l’époque en D2F, et m’ont offert de faire un essai à l’issue duquel elle m’a proposé de rejoindre le club l’année suivante. C’est comme ça que le côté « professionnel » a commencé.  

Comment se sont passées vos 1ères années de joueuse professionnelle ?

A Nantes je faisais partie du centre de formation, c’est l’étape avant d’être joueuse professionnelle en quelque sorte. Il faut allier le hand et les études. C’est dur mais très enrichissant car tu t’entraînes avec de très bonnes joueuses et des entraîneurs de qualité. 

Après Nantes vous partez pour deux saisons à Rennes et Vaulx-en-Velin, pouvez vous nous en parler ?

A Rennes l’année à été compliquée, nous avons eu beaucoup de blessures et nous sommes descendues à la l’issue de la saison. Néanmoins c’était ma première saison en deuxième division et j’ai beaucoup appris. L’ambiance là-bas était incroyable. 

A Vaulx-en-Velin nous avions une super équipe et nous avons terminé quatrième de D2.

Pourquoi avez-vous choisi de jouer au poste d’arrière gauche ?

Pour toucher beaucoup la balle :) 

Auriez-vous un point que vous souhaiteriez améliorer dans votre jeu ?

J’en ai beaucoup, notamment la défense.

Quelles sont selon vous les qualités d’une joueuse pour pouvoir jouer à votre poste ?

Quand on est une « petite » arrière comme moi (1,70m), il ne faut pas avoir peur du contact et être déterminée.

Après votre expérience à Vaulx en Velin, pourquoi avez-vous rejoint le Hac handball ?

Car c’est un club ambitieux qui possède le VAP et qui peut donc prétendre à la montée en D1. J’ai été séduite par ce projet. 

Quels sont les moments les plus marquants depuis que vous êtes au club ?

La finale de l’année dernière pour accéder à la D1. Nous avions fait match nul lors du match aller pour finalement nous incliner au match retour mais c’est tout de même un super souvenir qui vient couronner une saison folle. 

Pendant votre carrière avez-vous vécu des moments difficiles ?

Bien sûr, la première année à Nantes loin de ma famille n’a pas été simple. Ça a également été dur, comme pour tout le monde, durant la période covid. Nous avons continué à nous entraîner mais sans jouer et sans pouvoir voir nos proches le week-end. C’était assez difficile.

Quel est votre regard sur la saison en cours ? 

Une saison difficile émaillée par les blessures et les absences dues au Covid. Nous n’avons pas eu de chance mais nous avons su faire preuve de caractère en arrachant des victoires lors de situations difficiles.

Pour terminer, pouvez-vous nous présenter 3 sportifs que vous appréciez ?

J’en ai deux qui m’ont vraiment marqué dans le handball. Après j’admire beaucoup de sportifs dans différents sports.

Nikola Karabatic, je regarde ses matchs depuis que je fais du hand et il est incroyable, tant par son niveau que par sa longévité.

Anita Gorbicz, une demi-centre hongroise de génie. 

Entretien réalisé par Grégory Constantin et mis en page par Laurine Decoudu. Avril 2022

Aimez et aidez le boulevard des champions en un coup de pouce

ARTICLES CONCERNANT LE HAC HANDBALL

EVENEMENTS CONCERNANT LE HAC HANDBALL

Palente Besançon HB – HAC handball

sam 18 février à 20h00 - 22h00

HAC Handball – CA Bègles

sam 25 février à 20h00 - 22h00

HAC Handball – Noisy le Grand HB

sam 11 mars à 20h00 - 22h00

Lomme Lille M. HB – HAC handball

sam 18 mars à 20h00 - 22h00

Inscrivez-vous à notre newsletter

Derniers profils