Photographe : Emmanuel Lelaidier

Directeur du recrutement de formation au Havre, ayant notamment déniché de grands talents tels que nos champions du monde français Paul Pogba, Ousmane Dembele, Benjamin Mendy ou encore Steve Mandanda, Franck Sale, figure historique du Havre nous a rendu visite dans notre studio pour nous parler des grands espoirs qu’il a pu repérer dans le passé, de ses expériences au HAC ainsi qu’à l’OGC Nice et des potentiels clubs pour lesquels il aurait pu travailler. 

Bonjour Franck, pour commencer, pourriez vous vous présenter à nos lecteurs ?

Je suis Franck Sale, j’ai 58 ans, je suis directeur du recrutement de formation et préformation depuis près de 25 ans avec intermède a l’OGC Nice aux mêmes fonctions.

https://www.paris-normandie.fr

Comment avez-vous été lié au club du Havre AC ?

J’ai joué fin des années 70 début 80 en tant que joueur, mon entraineur était jean Pierre Louvel (à qui je dois beaucoup) qui m’a fait revenir au club fin des années 90 début 2000 au club.

Pouvez-vous nous expliquer quel est le rôle d’un directeur du recrutement formation ? 

Notre rôle consiste à choisir une équipe, gérer les plus jeunes, d’une tranche d’âge allant de 6 à 19 ans, créer des suivis de tous les effectifs du club, les planifier et effectuer un suivi personnel de chaque joueurs. Ce poste consiste également à repérer des futurs talents de Normandie en priorité jusqu’à l’ile France puis la France et dom tom et enfin a l’étranger (découvrir le talent, négocier la venue du joueur, ensuite tous nos effectifs pour une évaluation quotidienne des garçons).

Quelles sont les principales satisfactions de ce métier et quels en sont les inconvénients ? 

Avoir cru en un joueur dès le plus jeune âge, qu’il devienne titulaire par la suite, en plus de ça, recevoir de la reconnaissance de la part des joueurs que j’ai pu former qui sont aujourd’hui des joueurs de classe mondiale pour certains sont les principales satisfactions de ce métier. Cependant, la concurrence dans ce métier, la grande implication financière qui devient au fil des années de plus en plus importante et l’exigeance sont les principaux inconvénients.

Quels sont les principaux talents que vous aviez pu repérer dans le passé lors de votre premier passage au HAC ?  

Paul Pogba, Guillaume Hoarau, Benjamin Mendy,  Ferland Mendy, Lassana Diarra, Riyad Mahrez, Brice Samba, …

Quelles ont été les raisons de votre départ pour l’OGC Nice ?

Je suis parti du HAC pour rejoindre l’OGC Nice car le club n’arrivait pas à remonter en Ligue 1, les manières de travailler ne me plaisaient pas et il y avait un très gros projet qui m’était proposé à Nice et une grosse charge de travail également. J’ai donc décidé de faire mes valises et de m’envoler pour Nice.

Photographe : Patrick Oger

Pouvez-vous nous parler brièvement de votre passage à Nice ?

Il y a eu un très gros travail à réaliser dès mon arrivée, de grandes ambitions aussi et nous avions réussi à nous qualifier pour une édition de Ligue des Champions.

Avez-vous déniché d’autres grands talents lors de votre aventure à l’OGC Nice ?  

Oui, Jordan Amavi, Malang Sarr, Said Benrahma, Alexandre Mendy, Antoine Mendy, …

Quel est votre plus grand regret ? Y’a t-il un grand espoir que vous avez en tête que vous n’aviez pas eu l’occasion de faire signer durant votre carrière de recruteur ?

Oui bien sûr, j’ai le nom de Ousmane Dembele qui me vient en tête. Il devait signer au HAC, j’ai pu m’entretenir et rencontrer ses parents qui, finalement, ont fait le choix de partir pour Rennes. Nous avions aussi eu l’occasion de faire signer Kylian Mbappe, malheureusement ça ne s’est pas concrétisé, j’avais de gros contacts avec les parents mais il a choisi l’AS Monaco. Enfin, pour terminer, c’est Anthony Martial qui était à deux doigts de venir chez nous, le transfert en direction du HAC  a même été concrétisé avec les parents mais il a eu un rendez-vous avec l’Olympique Lyonnais entre temps et il a finalement opté pour un départ vers Lyon.

Depuis le début de votre carrière, quel regard portez vous sur les méthodes de formation d’un joueur de football professionnel ?

Je pense qu’il y a eu énormément d’évolution et de changements au fil du temps, les exigeances financières sont devenues énormes. J’aurais pu travailler pour un des deux clubs de Londres, il s’agissait de Arsenal et Fulham qui m’ont fait des offres. J’entretenais une très bonne relation avec le mythique entraineur d’Arsenal Arsène Wenger, ce qui aurait pu faciliter mon transfert là-bas. Ainsi, il existe une très grande différence entre la France et les pays étrangers en ce qui concerne la cellule de recrutement. Les méthodes évoluent, l’intensité des matchs également, l’analyse vidéo du joueur, la préparation physique, la précocité, nous devons nous aussi adapter nos jugements en fonction des changements.

Êtes-vous fier de certains talents que vous aviez vous-même pu repérer dans le passé ?

Oui bien sûr, notamment Paul Pogba ou encore Riyad Mahrez qui sont aujourd’hui deux des meilleurs joueurs à leur poste respectif. Je peux dire que je suis heureux du travail qui a été accompli, d’avoir cru en eux depuis le départ et surtout de ne pas m’être trompé.

Pour quelles raisons avez-vous quitté l’OGC Nice après 5 saisons passées là-bas pour ensuite revenir au HAC une seconde fois ?

C’était pour des raisons familiales, j’ai décidé donc de revenir au Havre pour être aux côtés de ma famille. Me rapprocher de ma maman qui était en fin de vie, mais je ne devais pas signer au HAC, mais a Guingamp alors en Ligue 1, tout était ok avec ce top président Mr Desplat. Mais sachant mon départ, Mr Volpe par l’intermédiaire de A. Tanguy, a fait le nécessaire pour que je revienne. Sans cela, les dirigeants de Nice ne voulaient pas me voir partir, ce fut dur de les convaincre.

Vous êtes depuis 5 années au club du HAC, que retenez vous de cette période ?

J’entame la 6ème, vous dire la satisfaction de tous ses jeunes qui sortent qui sont dans les équipes nationales. A mon arrivée, le centre était classé 15ème de France, aujourd’hui il est 2éme.

Avez-vous eu des propositions de clubs de foot étrangers ?

Oui, j’ai eu des offres de plusieurs clubs étrangers comme Arsenal, Fulham et certains clubs espagnols. J’ai directement refusé car je voulais travailler en tant que recruteur pour un club français plutôt qu’un club étranger. Je me suis toujours vu mal de partir or que je défends la formation française.

Que pensez-vous de la première moitié de saison du HAC en Ligue 2 actuellement ?

Je suis très satisfait de la saison actuelle du HAC en Ligue 2, l’équipe est bien partie pour monter en Ligue 1 et en plus de cela, l’équipe est composée de beaucoup de joueurs étant de purs produits du club issus du centre de formation. Cela montre à quel point l’ADN de ce club est important.

Quels ont été pour le moment, les meilleurs moments que vous ayez pu vivre dans votre carrière ?

Les meilleurs moments que j’ai pu vivre dans ma carrière : la montée du HAC en Ligue 1 que j’ai pu vivre lorsque j’étais directeur du recrutement du club, tous les joueurs que j’ai pu repérer qui sont devenus aujourd’hui des joueurs de classe mondiale, le fait qu’avec l’OGC Nice nous avions pu finir 2ème meilleur centre de formation de France (avant mon arrivée au sein du club, le club de Nice n’était même pas dans les 30 meilleurs centres de formation à l’échelle nationale), donc cela représente un succès de plus pour moi et enfin, la qualification de l’OGC Nice en Ligue des Champions alors que personne ne nous voyait terminer sur le podium de Ligue 1. Mais la plus belle satisfaction, c’est la relation que je garde avec en majorité tous les garçons, il n’y a rien de plus beau que les relations humaines et le respect.

Entretien réalisé et mis en page par Damon Spahija.

Aimez et aidez le Boulevard des Champions en un coup de pouce

ARTICLES CONCERNANT LE HAC FOOT

EVENEMENTS CONCERNANT LE HAC FOOT

Inscrivez-vous à notre newsletter

Derniers profils