David Clapson, ancien milieu offensif – ailier gauche passé par le HAC a accepté de nous accorder un entretien directement dans notre studio pour se remémorer des beaux souvenirs de sa carrière sportive, son histoire avec son club de cœur mais aussi des moments moins joyeux comme son contrat avec l’AS Monaco.  Il évoquera plusieurs sujets tels que sa passion pour le football, ses meilleurs conseils pour de futurs footballeurs, ainsi que d’autres informations encore. 

Bonjour David, pourquoi avoir choisi le football et pas un autre sport ? 

J’ai choisi le foot car je suis issu d’une famille de footeux, mon père, mes oncles et mon frère étaient footballeurs. Mon frère et moi sommes nés avec un ballon dans les pieds donc c’était une évidence que l’on aille vers ce sport et en plus de cela ça me plaisait.

Il n’y a pas eu d’hésitation quant à pratiquer un autre sport ? 

C’était vraiment que le foot et peut-être aussi que je n’étais pas doué dans les autres sports. C’était vraiment dans ce sport que je me retrouvais et que je prenais du plaisir ainsi que le sentiment de me sentir bon donc je me suis lancé dedans.

De plus, j’étais petit donc je voulais aussi faire plaisir à papa qui était avant moi footballeur mais qui n’avait jamais été pro donc c’était un rêve pour moi.

Cela devait être une fierté pour votre père de vous voir évoluer dans le monde du football professionnel ?

Bien sûr, ça a été une fierté pour lui dans la mesure où mon frère et moi avons été professionnels, mon frère a d’ailleurs joué en D1 donc à un niveau un peu plus élevé que moi qui ne jouait qu’en D2. Mais oui, très fier de nous avoir vu évoluer tous les 2 au HAC, chose que lui n’avait jamais pu faire.

Comment a évolué votre passion pour ce sport ? 

Quand on évolue depuis petit dedans, on évolue facilement, on est en compétition avec ses potes, on va à l'école et on nous voit différemment car on est "le joueur de foot" et ce même à cet âge là, puis après effectivement, on a qu'une envie, celle de continuer et de devenir professionnel sans savoir où cela va nous mener.

Devenir footballeur professionnel était il un rêve d'enfant pour vous ? 

Ce n'est pas forcément un rêve d'enfant justement à ce que les gens pourraient croire. J'étais bon élève et je prétendais plus à partir sur des études et devenir professeur de sport. Durant mon cursus scolaire (au collège), on commence à s'intéresser à vous et à un moment donné on doit faire un choix, celui de poursuivre dans un centre de formation. On a 15 ans, on se dit que l'on va être payé, on va gagner la même chose que son papa donc il n'y a même plus à réfléchir de ce côté là et j'ai abandonné les études qui est un regret quand même aujourd'hui.

Pourquoi avoir choisi le poste d'ailier gauche ? 

Alors déjà parce que je suis gaucher, plus petit je marquais pas mal de buts après en grandissant en évoluant sur le côté gauche, j'en marquais beaucoup moins mais je délivrais beaucoup plus de passes décisives mais le choix s'est fait naturellement.

Selon vous, quelles sont les qualités principales qu'un joueur à votre poste doit avoir pour exceller dans son rôle ? 

Je ne sais pas si je pourrais répondre à la question car le football a tellement évolué que je pense que je serai hors sujet si je répondais à la question. En tout cas, le football a tellement changé que si le joueur d'aujourd'hui avait les mêmes qualités que moi à l'époque, il ne serait pas professionnel. Le football d'avant n'est plus du tout le même qu'aujourd'hui et il est donc difficile de répondre à cette question.

Pouvez-vous me parler de votre parcours junior juste avant d'être passé professionnel ? 

J'ai commencé à l'AS Sport Autonome qui est un petit club d'ici du Havre pour ensuite partir au centre de formation du HAC à l'âge de 15 ans, donc en tant qu'apprenti, stagiaire, c'est comme ça que ça se passe avec les étapes à passer, c'était différent d'aujourd'hui. Il y avait D1, D2, D3, sachant que la réserve du HAC jouait en D3, on appelait ça les cadets nationaux et si tu ne jouais pas dans cette catégorie là, tu ne pouvais pas rester au centre et à la sortie des ces 2 années de cadets, il fallait directement jouer en D3 sinon tu sortais du centre et puis après cela, il fallait intégrer le groupe pro. Donc moi, c'est le cursus que j'ai suivi sur mes années havraises.

En tant qu'ancien joueur professionnel, auriez vous des conseils à donner aujourd'hui à un jeune qui souhaiterait évoluer au haut niveau ? 

Comme peuvent le dire les anciens ou les joueurs actuels, c'est de croire en soi. Le monde amateur a énormément progressé, on le voit à travers les championnats, ça part de la Nationale 3 jusqu'à Nationale 1, les gars s'entrainent tous les jours et tout le monde peut prétendre être professionnel. Il faut également avoir les qualités, un brin de chance et puis une fois qu'on est dedans, ne surtout pas se dire "ça y est, je suis arrivé et c'est fini" car tout peut aller très vite dans les deux sens. Mais je pense qu'il faut croire en ses rêves car il y a des gamins aujourd'hui qui ont des rêves de devenir pro donc il faut y croire comme dans toutes autres disciplines et il n'y a rien de mieux que le sport en général, on se rend compte de cette chose une fois que l'on est devenu pro car ça représente notre vie de tous les jours. Voilà les conseils que je peux donner, tout en gardant la tête sur les épaules et ne pas faire n'importe quoi.

Les émotions ne sont pas encore plus exceptionnelles lorsque l'on réussit dans le sport de haut niveau ? 

Ah mais oui, complètement ! On vit des choses que la personne lambda ne vit pas, on a des répétitions d'émotions que l'on vit chaque semaines, alors ça peut être très bien comme très mauvais, on peut être très bon le week-end d'avant mais très mauvais le week-end suivant mais c'est une adrénaline qui nous manque à la fin de notre carrière, et je pense que c'est ça le problème des footballeurs, c'est vraiment la chose qui nous manque lorsqu'on arrête. Le genre d'adrénaline que seul le sport peut nous apporter aujourd'hui en si peu de temps.

Selon vous, sommes nous pareil dans la vie quotidienne que dans le sport ? 

Bien sûr, c'est très marrant mais c'est pourtant une vérité. Ce qu'on reflète durant notre carrière et ce qu'on est vis-à-vis des gens et vis-à-vis de ce que les gens pensent de vous dans votre après carrière, ils disent que vous êtes exactement les mêmes dans le sport et en dehors.

Pouvez-vous me parler de votre aventure lorsque vous étiez joueur au HAC ? 

Alors je n'ai pas non plus fait une énorme carrière au HAC, mais c'est ma ville, mon club de formation mais aussi mon club de cœur. La plus belle aventure que j'ai pu vivre ici, c'est celle d'avoir gagné la Coupe Gambardella, c'est quelque chose que le club n'avait encore jamais fait et qui n'a toujours pas été refait. Ce qui était beau ce jour là, c'est que personne ne nous attendait, à l'époque on était un club de D2 donc généralement, c'était des clubs de D1 qui gagnaient la Gambardella et puis cette année là, on a surpris tout le monde en gagnant ce titre et ce moment là est resté gravé dans nos mémoires à tous. Mon plus beau souvenir au HAC, c'était mon 1er match en D2 surtout en tant que joueur du centre de formation, notre succès avant tout est de pouvoir disputer un match avec cette équipe au stade Deschaseaux à l'époque. Mais voilà, c'est le moment le plus important de ma carrière car c'est le club qui m'a formé, c'est l'endroit où l'on m'a appris les ficelles du métier, ...

Avez-vous vécu des moments forts lors de votre passage au HAC ? 

Oui, alors je vais me répéter mais le moment le plus fort encore une fois c'est le titre de Gambardella et je pourrais en parler toute ma vie mais quand je vois Christophe Reuvault (paix à son âme) qui est celui qui a fait la plus grande carrière de ceux qui ont gagné la Gambardella qui est parti au PSG, qui faisait la Champion's League donc c'est pas nous quoi et voir qu'il évoque à l'Equipe à la veille d'un match face au Bayern Munich son épopée en Gambardella, ça prouve aussi à quel point il tenait à ça, et aujourd'hui, j'aimerais que les jeunes joueurs du HAC puissent l'égaler et gagner la Gambardella en ressentant les mêmes émotions que l'on a pu avoir.

Avez-vous des souvenirs qui vous ont marqué durant votre carrière en général ? 

Oui, mon quart de finale en Coupe de France avec Clermont, les différentes montées que j'ai pu vivre avec les différents clubs par lesquels je suis passé, mon passage à Fréjus où le club passe de 4e division à 3e division et puis des moments extraordinaires avec des mecs extraordinaires. Je n'ai pas un souvenir en particulier mais voilà, c'est plutôt un ensemble de ces derniers.

Avez vous gardé contact avec des anciens coéquipiers du HAC comme Vikash Dhorasoo, Jean-Michel Lesage ou Abdel Djaadaoui ?

Abdel, c'est mon père spirituel, c'est mon entraineur, c'est celui qui m'a appris à jouer au foot, c'est celui qui m'a formé, c'est celui qui nous a emmené au bout de la Gambardella.

Vikash, oui je le vois de temps en temps dans les différentes réunions organisées par le HAC et puis pour moi, c'était un môme car on a 3 ans d'écart, il est de la génération à mon petit frère donc ils trainaient tout le temps ensemble.

Puis Jean-Michel, je ne le connais pas forcément, on se voit pendant les réunions aussi mais ce n'est pas ma génération, c'est celle bien après mais c'est un plaisir de le voir et c'est une grande fierté car il a beaucoup marqué ce club et puis heureux pour lui qu'il soit dans le staff et que ça marche comme ça peut marcher et l contribue également à la montée du HAC en Ligue 1.

Le fait que le HAC monte en Ligue 1 pour la saison 2023-2024 va-t-il augmenter les audiences, les suivis du club ou va tout simplement offrir la possibilité de recruter des plus gros joueurs ?

Bien sûr ! Je pense que le club aujourd'hui a tout pour réussir, l'ancien stade, la ville n'étaient peut-être pas forcément attirants pour les joueurs et avec tous les retours que j'avais pu entendre sur leur opinion concernant la ville du Havre, je pouvais comprendre que cette ville ne tente pas les joueurs de l'extérieur. Mais aujourd'hui, ça a changé, la ville a changé, la météo a changé également et c'est une ville très agréable à vivre avec un stade moderne et magnifique, des installations sportives qui sont top, une région extraordinaire. Et voilà, aujourd'hui, on n'a rien à envier à personne et j'ai bon espoir pour ce club à l'avenir et s'ils se maintiennent en Ligue 1 la saison prochaine, ce sera super top et si cela continue les saisons suivantes, il faudra vraiment compter sur le HAC en Ligue 1.

Est-ce que selon vous, notre mal-être au quotidien peut nous impacter dans le sport ?

Oui, complètement ! On ne peut pas se rendre compte à quel point le HAC cette saison a rendu les gens heureux, c'est fou, on ne peut même pas encore le qualifier mais on l'a bien vu par l'engouement et le stade qui n'a jamais cessé de se remplir, de voir ça dans sa propre ville c'est une grande fierté. Surtout face à des équipes où on ne les attendait absolument pas, l'année dernière en plus j'ai été le 1er à dire que s'ils se maintenaient, ce serait bien, et je m'en excuse, au final ils font une saison de fou. Merci à eux, ils ont rendu les gens heureux mais ils le savent et c'est ce qui va faire leur force au début de saison même si ce sera beaucoup plus compliqué et il va falloir que les gens s'habituent à voir des défaites.

Portez vous un regard différent du football pratiqué aujourd'hui par rapport à celui pratiqué il y a quelques dizaines d'années ?

Ce n'est plus du tout la même chose, et je n'arrive même pas à expliquer pourquoi car quand vous êtes pro, vous avez des anciens et vous entendez souvent ces derniers dire "à mon époque, c'était comme ça" et vous, vous ne comprenez pas et au final, quand par la suite on prend de l'âge et on devient des anciens, on finit par parler un peu comme eux. Mais je m'interdis de parler de ça, car ça a énormément changé, le spectacle également a changé, le staff ... En tout cas ce que je vois aujourd'hui me plait, surtout techniquement, chaque joueur est très fort. Je préfère quand même le football d'aujourd'hui. Si j'avais un regret à avoir, ce serait justement de ne pas être né plus tard car j'aurais aimé connaitre le football d'aujourd'hui.

Quel avis portez vous sur la saison 2022-2023 du HAC en Ligue 2 ?

Cette équipe nous a rendu fou, elle nous a donné une fierté qu'on avait perdue depuis pas mal de temps et je suis redevenu un supporter comme un enfant, j'allais à tous les matchs, j'étais heureux comme tout quand ils gagnaient, j'étais malheureux quand ils perdaient. Et durant les moments compliqués, ils nous ont sorti des matchs de fou, c'est une équipe de barjots, en plus ils sont hypers jeunes, donc une fois de plus, on ne les attendait pas. Il y a eu un boulot monstrueux du staff ainsi que de l'entraineur qui a su bien composer son équipe de staff qui avait réussie ailleurs auparavant pour s'en servir et décrocher des succès importants avec le HAC lors de cette saison. Je me suis régalé. A chaque avant match et après match, je faisais l'effort alors que je ne le faisais jamais avant, d'écouter les conférences de presse de Luka Elsner, et il m'a clairement mis sur le cul. Il a à chaque fois tapé juste, ce qu'il disait à la veille du match, c'est exactement ce que l'on voyait le lendemain. On sent qu'il y a tout un boulot de fou furieux qui est préparé en amont pour étudier l'adversaire à la perfection.

Pouvez-vous me parler de votre après carrière ?

Mon après carrière a été assez simple, je me suis servi une fois de plus du football et du Havre qui est à mon avis, la ville en France la plus riche en football entreprise, je ne connais pas une autre ville dans l'Hexagone qui a une importance aussi grande et je me suis servi de ça pour ma reconversion, j'ai eu la main tendue à l'époque par Sidel, une entreprise qui fabrique des boites pour le lait et des bouteilles de soda, etc ... et puis l'URCPH donc les Docks Air du Havre, j'avais eu une négociation d'embauche pour eux tout en jouant dans leur équipe et j'ai donc décidé d'incorporer l'équipe des Docks Air et puis j'ai fait une saison. Le niveau est super intéressant, en plus il y a un niveau national, il y a même une équipe de France donc j'ai eu la chance de pouvoir jouer en équipe de France entreprise. Ca fait maintenant 20 ans donc le football est bien loin.

Pour clôturer l'entretien, avez vous 3 sportifs normands à qui vous souhaiteriez rendre hommage ou qui vous inspirent ?

Hugues Dubosq, Paul Vatine (paix à son âme) et Vikash Dhorasoo.

Entretien réalisé et mis en page par Damon Spahija. 

Aimez et aidez le Boulevard des Champions en un coup de pouce

ARTICLES CONCERNANT DAVID CLAPSON

EVENEMENTS CONCERNANT DAVID CLAPSON

Stade Brestois 29 – HAC

sam 2 mars à 19h00 - 21h00

Le HAC à l'extérieur, se déplacera au Stade Francis-Le-Blé pour affronter Brest le 2 mars 2024.

HAC – Toulouse

dim 10 mars à 19h00 - 21h00

Le HAC à domicile, recevra le Toulouse FC au Stade Océane le 10 mars 2024.

Clermont – HAC

sam 16 mars à 19h00 - 21h00

Le HAC à l'extérieur, se déplacera pour affronter Clermont au Stade Gabriel Mont-Pied le 16 mars 2024.

HAC – Montpellier

sam 30 mars à 19h00 - 21h00

Le HAC à domicile, recevra Montpellier au Stade Océane le 30 mars 2024.

Inscrivez-vous à notre newsletter

Derniers profils